Le triangle dramatique de Karpman

Le triangle dramatique de Karpman

160331_ArticleTriangleKarpman

Aussi bien dans la vie personnelle que professionnelle, les relations humaines peuvent souvent rimer avec jeux psychologiques.

Générateurs de conflits, d’inefficacités, manque de performance et perte de temps assurée, dans ces relations négatives et frustrantes, le triangle dramatique de Karpman est souvent en jeu.

Ce jeu psychologique est un concept mis en évidence par un psychologue américain dans les années 70, Stéphane Karpman, il est partie prenante de l’analyse transactionnelle auquel on fera référence dans d’autres articles.

Ce jeu de manipulation et fonctionnement relationnel non volontaire ou du moins inconscient pause problème à tous les joueurs. Les rôles sont dynamiques et interchangeables. Ainsi comme des « coups de théâtre », le persécuteur peut devenir sauveur, le sauveur devenir victime et la victime, persécuteur.

Connaitre le fonctionnement de ce jeu aux effets toxiques permet d’identifier, limiter et désamorcer la situation et les effets de ce jeu nocif !

Voici les 3 rôles du jeu :

Une victime : Plaintive et incompétente, passive et impuissante, et pitoyable mais bizarrement gaffeuse et parfois exaspérante. Son besoin : se sentir protégée et qu’on s’occupe d’elle. Elle aura tendance à attirer le persécuteur ou le sauveur.

Un persécuteur : Critique et dévalorisant, blessant et cruel, menaçant voire violent, et surtout en overdose d’une frustration qu’il cherche à évacuer sur …une victime innocente, évidemment.

Dans le cadre professionnel, il impose, juge, humilie, il aura tendance à montrer ce qui ne va pas, il dévalorise…Son besoin est de démontrer qu’il a le pouvoir sur les autres. Qu’il soit manager, dirigeant ou qu’il ait une toute autre fonction cela ne peut pas fonctionner dans les relations envers l’autre!

Un sauveur : Altruiste, généreux, fort, protecteur et infantilisant, mais très culpabilisant (« Tout ce que je fais pour toi ! »). Il a besoin de prendre en charge les autres et de leur dire ce qui est bon pour eux. Son besoin est d’être valorisé et indispensable aux autres.

Il est difficile de sortir de ce jeu, puisque l’on n’en est pas conscient. Une fois que l’on est rentré dans un rôle, les faits et l’objectivité ne sont plus d’actualités, ce qui met en péril la recherche de solutions. Le cercle vicieux est lancé, ce mode de communication peut devenir le mode de relation habituel. Chacun a son ou ses rôles favoris et si personne sort du jeu, ce jeu devient addictif et devient prétexte à toutes situations !

Sortir du jeu :

Nous jouons tous ces rôles par moments, pour diverses raisons propres à chacun, pouvant être liées au besoin de reconnaissance, au renforcement des croyances personnelles…
C’est parce que ce triangle dramatique et ses rôles sont tous destructeurs et ne conduisent pas à la perception de la réalité d’une situation, qu’il est important de le reconnaître, ainsi que ses composantes, chez soi-même comme chez les autres, et de s’en détacher. Quelque soit votre situation, cela demande un travail personnel.

Notre rôle :

  • Accompagner dans la prise de conscience des faits ;
  • Apprendre les bons comportements pour ne pas rentrer dans le jeu ou en sortir très rapidement :
    • le persécuteur peut proposer plutôt que d’imposer ;
    • le sauveur doit savoir être à la disposition de l’autre plutôt que de s’inquiéter et de faire pour l’autre ;
    • la victime peut s’affirmer et poser des limites.
  • Proposer des techniques de résolutions de problèmes en fonction des situations.

 

Besoin d’être accompagné, Contactez nous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *